Notice: session_start(): ps_files_cleanup_dir: opendir(/var/lib/php5) failed: Permission denied (13) in /var/www/vhosts/juliemortimore.fr/httpdocs/inc/common.php on line 3 Soigner addiction psychanalyste Paris 9è - psychologue psychanalyste Paris - Julie Mortimore - Vu Tong

Soigner addiction psychanalyste Paris 9è

Soigner addiction psychanalyste Paris 9è

Cliquez sur une image pour l'agrandir.

Le terme d'addiction ou de conduites addictives, utilisé en France depuis quelques années, cherche à prendre en compte la diversité et l'évolution des conduites toxicomaniaques (au sens large) qui ont vu leur prévalence augmenter considérablement au cours des dernières années et débordent assez largement le cadre de l'alcoolisme et des toxicomanies classiques.

 

Rappelant qu'en vieux français, le terme addiction avait pour signification de « donner son corps en gage d'une dette non payée ».

 

Ce terme a le mérite de permettre une approche globale de la problématique du patient qui s'y adonne et de ne pas rester centré sur la nature du produit consommé. On peut également faire appel à la notion de « toxicomanie sans drogue » introduite par Fénichel en 1945. Lorsqu'il est question de pathologie addictive, il est donc clairement question de troubles des conduites et, à travers eux, d'un mode particulier de relation aux objets, aux personnes et au corps.

 

L'addiction désigne une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible, en dépit de la motivation et des efforts du sujet pour s'y soustraire. Le sujet se livre à son addiction malgré la conscience aiguë qu'il a, le plus souvent, d'abus et de perte de sa liberté d'action. Il lui est, le plus souvent, impossible de résister au passage à l’acte, de garder le contrôle, du fait de la tension interne insupportable qu'il ressent et qu'il cherche à soulager par sa conduite addictive. L’acte compulsif va ainsi permettre de baisser la tension et d’apporter du plaisir, pour un certain temps. Le comportement peut alors devenir obsédant et accaparer toutes les pensées de celui qui en souffre. Malgré la volonté d’arrêter ou de diminuer, rien ne peut stopper ces compulsions qui prennent le dessus.

Ces conduites addictives et cette relation de dépendance peut avoir de profond retentissement sur la vie de l'être au prise avec sa problématique : isolement et désinvestissement du milieu social, familial, professionnel. Individu devient aliéné, comme dépossédé. D'où l'importance de rencontrer un psychothérapeute-psychanalyste pour aller à la racine de ce mal et s'en défaire grâce à une psychothérapie ou une psychanalyse.



Une addiction peut se repérer par la présence de ses critères :

 

- Impossibilité de résister à l'impulsion de passage à l'acte

 

- Sensation croissante de tension précédant immédiatement le début du comportement.

 

- Soulagement ou plaisir durant la période.

 

- Perte de contrôle dès le début de la crise

 

- Présence d'au moins trois des sept critères suivants qui définissent la dépendance:

 

1) Existence d'un syndrome de sevrage à l'arrêt (dépendance physique, non obligatoire)

 

2) Durée des épisodes plus importants que souhaitée à l'origine.

 

3) Tentatives répétées pour réduire, contrôler ou abandonner le comportement.

 

4) Temps important consacré à préparer les épisodes, à les entreprendre ou à s'en remettre.

 

5) Diminution du temps passé avec les autres

 

6) Poursuite du comportement malgré l'existence de problèmes psychologiques ou de santé

 

7) Tolérance marquée, c'est-à-dire besoin d'augmenter l'intensité ou la fréquence pour obtenir l'effet désiré, ou diminution de l'effet procuré par un comportement de même intensité.

 

Bien que le terme addiction soit souvent utilisé comme synonyme de dépendance, il existe en réalité une nuance entre ces deux concepts. Le concept de dépendance fait intervenir deux notions : la dépendance physique (tolérance et sevrage) et la dépendance psychique ou comportementale. Le terme addiction renvoie donc spécifiquement au volet comportemental du phénomène de dépendance.



On distingue de nombreux comportements de dépendance tels que :

 

- La toxicomanie et la polytoxicomanie (cannabis, cocaïne, opiacés, benzodiazépines…)

 

- L’alcoolisme

 

- Le tabagisme

 

- La dépendance aux antidépresseurs, anxiolytiques ou somnifères

 

- La dépendances aux médicaments de manière plus générale

 

- La boulimie, l’anorexie

 

- La dépendance à internet

 

- La dépendance aux forums de discussion

 

- La dépendance aux jeux vidéo

 

- La dépendance au sexe

 

- La dépendance au jeu (jeu de hasard et d’argent)

 

- La dépendance au travail

 

- La dépendance au sport

 

- La dépendance affective (relations amoureuses ou amicales exclusives, aliénantes et destructrices)

 

- La dépendance aux conduites à risque

Retour